banner ad

Mon enfant est-il visuel, auditif ou kinesthésique ?

| 22 février 2017 | 3 commentaires

MAJ 18 mars 2017, après une formation avec un neuropsychologue du centre de l’attention de Charleroi : Aucun neuroscientifique ne peut affirmer que les apprentissages seront plus ancrés en fonction du style d’apprentissage dispensé. En effet, selon la tâche effectuée, chaque être humain se servira de différents canaux, la vue, l’oreille, ou le mouvement. Pour faire entrer les apprentissages dans le muscle, il est donc judicieux de combiner plusieurs manières d’apprendre, et non pas d’en évincer certaines. Isabelle Pailleau et Audrey Akoun écrivent dans « Apprendre autrement avec la pédagogie positive » : « Nous n’avons pas un seul et unique mode d’évocation. En fonction de la tâche que nous effectuons, nous mixons parfois plusieurs modes d’évocation. Les élèves qui réussissent brillamment sont d’ailleurs ceux qui parviennent à « jouer » sur plusieurs gammes d’évocation en fonction de l’objectif. » (Source : Apprendreaeduquer.fr).

Vos enfants sont-ils visuels, auditifs ou kinesthésiques ? Cet article vous offre quelques pistes pour tenter de le découvrir…

Alors, cette sortie au zoo ?

Un enfant « visuel » est un enfant sensible à ce qu’il voit. Un enfant qui aura besoin de mettre ses notes en ordre, les colorier, faire des dessins, qui regardera le tableau attentivement, qui se souviendra à l’aide d’images dans sa tête, et qui aura été plus attentif aux détails visuels lors d’une visite ou d’un atelier extra-scolaire… « tu as vu maman les girafes ont de petites cornes sur la tête« .

Un enfant « auditif «  répètera ses leçons à voix haute, aura besoin de vous les réciter, ne regardera pas forcément son enseignant lorsque ce dernier fait cours, et retiendra d’une sortie extra-scolaire les sons, le ton pris pas l’animateur ou le guide, c’est un enfant qui se parlera dans sa tête et entendra les voix des autres… « tu as entendu maman le cri du girafon ressemble à celui de la vache« .

Un enfant « kinesthésique » aura besoin de bouger pour apprendre, de marcher pour retenir ses tables de multiplication, de malaxer sa gomme ou de mordre son stylo. Il aura besoin de toucher et aura besoin d’expériences concrètes pour retenir une leçon, la vivre avec ses mains, son corps, son nez, son palais, il ressentira chaque sensation dans sa mémoire… « tu as senti maman la langue de la girafe est vraiment râpeuse…« .

Comment l’aider à l’école ?

Vous l’aurez déduis, les enfants visuels, puis les auditifs, sont ceux qui auront le plus de facilité dans le système éducatif classique. Les visuels davantage encore car leurs yeux ne quitteront l’enseignant que pour se pencher sur leur feuille ou se promener sur le tableau, tandis que les auditifs pourront regarder ailleurs, mais ne dérangeront pas, sauf un instit’ visuel qui aura besoin d’un contact visuel pour enseigner à l’enfant, le rappelant sans cesse à l’ordre car il voit l’enfant regarder dehors ou avoir le regard vague… Les kinesthésiques seraient les plus en difficulté, car une classe de 25 voire 30 élèves ne peut tolérer que les enfants se lèvent, tournent autour de leur table, bascule leur chaise, travaille par terre… Alors qu’ils en auraient besoin pour apprendre !

Des compensations existent cependant pour les enfants kinesthésiques, tel que des coussins d’air parés de picotis pour leur permettre de chercher l’équilibre discrètement sur leur chaise et sentir vivre leurs membres inférieurs, des balles à malaxer pour occuper les mains et faciliter la concentration, des embouts à mettre sur le cul des crayons et stylos pour que les enfants les mâchent en toute sérénité…

Un petit test pour se réconcilier avec nos enfants

Voici enfin un petit test pour vous mettre sur la voie, tenter de reconnaître le profil de votre enfant. En quoi est-ce important ? Hey bien cela peut totalement changer votre façon d’appréhender les devoirs ou l’instruction si elle se pratique en famille, mais également vous permettre de faire un point avec l’enseignant qui a peut être également un point de vue s’il est sensibilisé. Ainsi il pourrait permettre à votre enfant d’amener un coussin ou une balle à malaxer, ne plus chercher à le reprendre systématiquement s’il regarde ailleurs, tant que les leçons sont comprises…

Avant de conclure, il est important de savoir qu’une personne peut très bien se servir de plusieurs sens à la fois, être par exemple auditif-visuel, ou kinesthésique- auditif, même si l’un d’eux prédomine. Enfin, il est aussi intéressant de connaître le profil de l’enseignant (qui normalement enseignera pour tous types de profils), afin d’appréhender les compensations à mettre en place. Une bonne éducatrice Montessori fera le bonheur des kinesthésiques par exemple ^_^

Test pour connaître le profil de l’enfant, proposé par Grandir Zen.

Crédit Photo

Tags: , , , , , , , ,

Category: A l'école, IEF

Oumzaza

A propos de l'auteur ()

Dans le désordre fondatrice d'Oumzaza.fr, rédactrice pour différents sites, bénévole chez Lallab.org, auteure du livre "Pour une éducation responsable", maman instructrice #IEF, et présidente des Zalphabus organisant des sorties et ateliers en Île de France pour les enfants dès 3 ans !

Commentaires (3)

Trackback URL | Flux RSS des commentaires

  1. 1
    Fatima says:

    Bonsoir
    Je viens de lire votre article et je tombe de haut lorsque je lis le profil de l’enfant kinesthesique ça décrit parfaitement un de mes jumeaux de 9 ans ce2
    Je suis tout le temps appelé à l’école par ses maîtresses qui me reprochent constamment son comportement:il a de bonne notes mais gesticule tout le temps sur sa chaise ,se lève , triture sa trousse joue avec ses affaires ect
    Les maîtresses l’ont pense hyperactif mais mon médecin me dit non
    J’ai insisté il m’a donc envoyé chez un neurologue faire un test pour l’attention et le Qi
    Le souci c’est qu’il y a une longue liste d’attente et il fait appeler en juin pour espérer avoir un rdv

    Les maîtresses ont mis en place un espère de contrat entres elles et mon fils qui stipule « les objectifs »
    à atteindre jour après jour .

    J’essai de toutes mes forces de comprendre pourquoi mon fils ne fait pas l’effort de s’assoir à sa table
    Je réalise en fait que cela dure depuis le cp et que déjà a l’époque sa maîtresse lui avait permis d’avoir une boulle anti stress…

    On m’a dirigé vers le cmpi mais apparemment il y a des « cas » plus grave ils m’ont dit de patienter…

    Puis je espérer des conseils s’il vous plaît je me sent seule face au corp enseignant l’impression desagreable d’être juger…

    Le corp enseignant n’aide pas ne comprend pas ne conseile pas
    Lorsqu’ils ont vu que je me démené comme un diable pour trouver une solution pour aider mon enfant seulement la il m’ont conseille le cmpi et une des deux maîtresses ma donné les coordonnées d’une neuropsychologue
    200€ la consultation pas remboursé
    Test psychologique le matin plus test de Qi lapres midi je ne sais pas quoi faire vers qui me diriger

    Mon enfant est sensible mais c’est un faut dure plus la maîtresse lui fait des reproches plus il se braque se ferme et n’est plus réceptif

    Merci infiniment de me lire

    • 1.1
      Oumzaza Oumzaza says:

      Bonjour, je comprends ce que vous semblez vivre, vous avez beaucoup de courage et faites preuve de persévérance pour votre fils, le bilan est nécessaire pour comprendre où sont les forces et les faiblesses de l’enfant, souvent plusieurs choses sont combinés, le test QI permet d’abord de découvrir si le profil est hétérogène ou homogène et permet de vous orientez vers d’autres professionnels, c’est la première étape, voici les coordonnées que je vous conseille : http://www.oumzaza.fr/annuaire-evenements/flora-mercui-psychologue-clinicienne-specialisee-precocite-adulteenfant-gestion-traumatismes/

    • 1.2
      Oumzaza Oumzaza says:

      Bonjour, Mise à jour de l’article :

      MAJ 18 mars 2017, après une formation avec un neuropsychologue du centre de l’attention de Charleroi : Aucun neuroscientifique ne peut affirmer que les apprentissages seront plus ancrés en fonction du style d’apprentissage dispensé. En effet, selon la tâche effectuée, chaque être humain se servira de différents canaux, la vue, l’oreille, ou le mouvement. Pour faire entrer les apprentissages dans le muscle, il est donc judicieux de combiner plusieurs manières d’apprendre, et non pas d’en évincer certaines. Isabelle Pailleau et Audrey Akoun écrivent dans « Apprendre autrement avec la pédagogie positive » : « Nous n’avons pas un seul et unique mode d’évocation. En fonction de la tâche que nous effectuons, nous mixons parfois plusieurs modes d’évocation. Les élèves qui réussissent brillamment sont d’ailleurs ceux qui parviennent à « jouer » sur plusieurs gammes d’évocation en fonction de l’objectif. » (Source : Apprendreaeduquer.fr).

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Partagez !

Partagez ça sur vos réseaux !