banner ad

{Pétition} Elargissement du caractère obligatoire des vaccins recommandés de l’enfant

| 14 décembre 2016 | 1 commentaire

Il y a quelques jours sonnait la fin de la concertation citoyenne sur la vaccination (relire : Concertation citoyenne sur la vaccination jusqu’au 13 octobre 2016 ! ). L’objectif présenté était de renforcer la confiance des Français dans la vaccination, en répondant de façon transparente à leurs inquiétudes et préoccupations. 

Conclusions du communiqué de presse

Alors qu’en 2016, la France est un des rares pays d’Europe occidentale à avoir encore des obligations vaccinales, la Liberté de vaccination risque de diminuer pour les français.

En effet, voici les conclusions du communiqué de presse relatif au rapport de la concertation citoyenne :
« … le comité conclut que la levée de l’obligation vaccinale est l’objectif à atteindre »
« … Néanmoins, dans le contexte actuel de perte de confiance et de baisse de la couverture vaccinale, il lui apparaît nécessaire de réaffirmer le bien-fondé de la vaccination. »
« … Pour ce faire, le comité préconise un élargissement temporaire du caractère obligatoire des vaccins recommandés de l’enfant »

De 3 à 11 vaccins obligatoires pour les nourrissons

Mercredi 30 novembre, après une année de « consultations démocratiques » donc, le comité sur la vaccination a rendu son rapport. Ce dernier préconise de faire passer de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires pour les nourrissons.

Alors que les pétitions, les articles, les débats se multipliaient depuis quelques années pour dénoncer les adjuvants que contiennent certains vaccins, la disparition du vaccin DT-Polio sans aluminium (regroupant les trois seuls vaccins obligatoires jusqu’ici), l’apparition de « super-vaccins », plus chers, contenant des adjuvants, visant à diminuer le nombre d’injections et à augmenter la couverture vaccinale… Le comité indépendant estime qu’élargir l’obligation vaccinale permettrait de regagner la confiance des citoyens français.

En plus des valences contre la poliomyélite, le tétanos et la diphtérie, deviendraient donc obligatoires les vaccins contre la coqueluche, les infections à haemophilus influenza b, l’hépatite B, le pneumocoque, la rougeole, les oreillons, la rubéole, etc. Le rapport précise que « …les parents s’engageront par écrit selon une procédure formalisée à assumer les responsabilités civiles de leur refus incluant un risque de non-admission de l’enfant en collectivité. Le refus sera porté sur le carnet de vaccination. » Un document officiel « pour leur faire prendre conscience qu’ils prennent une responsabilité, une prise de risque pour leur enfant et pour la communauté des gens qui vivent autour d’eux et qu’ils risquent aussi que leur enfant puisse être refusé par une crèche », explique le Pr Fischer, président du comité indépendant de la consultation citoyenne et spécialiste en immunologie pédiatrique. Mais le comité envisage aussi de retirer cette close si jamais trop de parents y recouraient.

Un régime d’indemnisation indépendant des labos

A la page 32 du rapport, plus surprenant, cette proposition de vouloir mettre en place un « régime d’indemnisation pris en charge par la solidarité nationale ». C’est à dire mettre à la charge de la collectivité, c’est à dire nous, les inévitables accidents qui découleraient de la généralisation des vaccins, qui jusqu’alors étaient à la charge des laboratoires pharmaceutiques.

D’autre part, d’après le Pr Fischer, la contrepartie de cette obligation généralisée serait la gratuité de tous les vaccins.

Des spécialistes réticents

D’après l’enquête menée en ligne auprès de 1 069 praticiens par la Société française de médecine générale (SFMG) et dévoilée jeudi 29 septembre 2016, 1 médecin sur 10 aurait des réticences concernant certains types de vaccin. Et un médecin interrogé par la SFMG sur quatre dit avoir un avis défavorable sur la présence d’adjuvant dans les vaccins.

Le papillomavirus obligatoire

Page 33 du rapport, nous apprenons la volonté d’envisager le « changement de statut » du très controversé vaccin contre le papillomavirus. Pire, il serait même question d’étendre ce vaccin contre le col de l’utérus aux « jeunes garçons » !

Pourtant, plusieurs médecins et chercheurs danois ont décidé de déposer une plainte contre l’Agence européenne des médicaments (EMA), lui reprochant d’avoir modifié une expertise sur la vaccination contre le papillomavirus…

Enfin, le rapport préconise « la mise en œuvre sans délai de l’ensemble de ces recommandations ».

Pétition à signer et à partager 

A lire :

Tags: , , , , , , , ,

Category: Santé

Oumzaza

A propos de l'auteur ()

Dans le désordre fondatrice d'Oumzaza.fr, rédactrice pour différents sites, bénévole chez Lallab.org, auteure du livre "Pour une éducation responsable", maman instructrice #IEF, et présidente des Zalphabus organisant des sorties et ateliers en Île de France pour les enfants dès 3 ans !

Commentaires (1)

Trackback URL | Flux RSS des commentaires

  1. 1
    blois says:

    Cette affaire semble être devoir être suivie de très près.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Partagez !

Partagez ça sur vos réseaux !